Accueil > Environnement > Préserver notre environnement et cadre de vie > Une gestion écologique des espaces verts

Une gestion écologique des espaces verts

Mise en place d'une gestion différenciée des espaces verts sur les zones d’activités

gdev
Saint-Malo Agglomération a mis en place un nouveau mode de gestion de ses espaces verts : une gestion raisonnée, plus respectueuse de l'environnement. Cette approche consiste à adapter le mode d'entretien aux caractéristiques et fonctions de chaque espace vert, dans l'objectif de favoriser la biodiversité.

Ce procédé intervient sur les espaces verts des bâtiments et zones d'activités de l'Agglomération : fleurissement à l'aide de plantes vivaces et d'arbustes fleuris, fauche tardive, tonte différenciée ou plus haute, désherbage alternatif...

Cette gestion écologique des espaces génère de nouveaux paysages urbains, une nouvelle esthétique, indispensables au maintien de la biodiversité.

Découvrez en plus sur la démarche ici.

Les entreprises implantées sur les zones d'activités gérées par Saint-Malo Agglomération ont reçu un courrier les informant des changements qui auront lieu sur la zone concernée. Si tel n'est pas le cas, n'hésitez pas à contacter la Direction du Développement économique de Saint-Malo Agglomération.

Les communes aussi s'engagent...

> Le prix zéro Phyto

4 communes ont été récompensées par le prix zéro Phyto pour l’entretien naturel de leurs espaces verts.

Il est courant que les agriculteurs, particuliers et collectivités effectuent des traitements pour protéger les cultures contre les maladies, les insectes ou pour désherber l’utilisation de ces produits peuvent être à l’origine d’une pollution de l’eau et de l’environnement.
Pour limiter ces impacts, les communes du territoire limitent leur utilisation mais la mise en place d’une gestion des espaces verts responsable n’est pas toujours facile à mettre en place dans les  cimetières et les terrains de sports notamment.
Les communes du Tronchet, de Plerguer, de Saint-Jouan-des-Guérets et de Saint-Père-Marc-en-Poulet ont été récompensée entre 2011 et 2017 pour leur pratique responsable et ont, chacune, reçu le trophée Zéro-Phyto.

L’arrêt de l’utilisation des pesticides s’accompagne de l’émergence d’une végétation spontanée en ville. Il est nécessaire d’accepter l’évolution de nos paysages...


Le saviez-vous :
Il est interdit de traiter les fossés avec des produits phytosanitaires sous peine d’amende…


> L’éco-pastoralisme

La ville de St Père pratique l’éco-pastoralisme, l’entretien du fort est notamment assuré par des moutons, chèvres, ânes et Polo, le cheval.

En 1989, la commune de Saint-Père-Marc-en Poulet acquière le Fort construit par Vauban. Il accueille aujourd’hui de nombreuses manifestations culturelles, évènements sportifs du plus local au plus important (Festival de la Route du Rock).
Son entretien (22ha) et sa rénovation sont depuis une vingtaine d’année assurés par un chantier d’insertion communal, un cheval, des moutons de Ouessants (19) et des chèvres alpines (22). Ainsi aucun produit phytosanitaire n’est utilisé. De plus, Polo le cheval breton participe à l’arrosage des espaces verts/ collecte des déchets verts et des poubelles ainsi qu’au débardage.

Le saviez-vous ?
L'éco pastoralisme est un mode d'entretien écologique des espaces naturels et des territoires par le pâturage d'animaux herbivores.


> 10km de bocage ont été replantés

Le bocage joue un rôle essentiel dans l’équilibre naturel. Il est le gardien de l'érosion des sols, lutte contre la sécheresse et les crues. Il permet l’épuration des eaux et sert de ressource en bois tout en habitant de nombreuses espèces et en augmentant la production grâce à son effet brise-vent.

Conscient de cet atout, les communes de Saint-Jouan, Saint-Suliac et Saint-Malo ont participé à la reconquête du bocage en replantant une dizaine de kilomètres de haies bocagères dans la cadre du programme Breizh Bocage. La commune de Saint-Coulomb procède actuellement à une étude de faisabilité.

Le saviez-vous ?
Les haies bocagères sont une réelle source d’économie. Leurs bois peuvent être récupérer pour le chauffage et les espèces qu’ils abritent,  permettent de protéger naturellement les cultures.
Pour plus d’info : http://www.scic-energiesrenouvelables.fr/